Performances et risques du Private Equity

Combien rapporte
le Private Equity ?

PE description image

Performances historiques des fonds de PE

Selon l’étude annuelle réalisée par EY et France Invest, au 31 décembre 2020, la performance globale du capital-investissement français mesurée sur 15 ans est de 11,7 % en moyenne par an, nette de frais et de carried interest.

Elle surperforme très nettement les autres grandes classes d’actifs (immobilier, bourse, hedge funds, ..).

Qu’est-ce que le premier quartile ?

Les fonds de capital investissement sont classés par ordre de performance. Le premier quartile correspond aux 25% des fonds les plus performants

Toujours selon l’étude annuelle EY/France Invest, la performance globale mesurée sur 15 ans du premier quartile pour le capital-investissement français est de

25,9 % en moyenne par an, nette de frais et de carried interest

Lire la suite

En termes de multiples de mise,
les gérants du premier quartile

réalisent un multiple de 2,5x

contre 1,6x pour la moyenne des fonds de capital-investissement français étudiés.

En savoir plus

les 7 leviers
qui expliquent la surperformance
du Private Equity

1.

Du temps et des ressources pour identifier les secteurs porteurs et pour analyser et valoriser les sociétés les mieux placées pour bénéficier des tendances sectorielles à long terme, ainsi que pour apprécier les risques d’un investissement potentiel et le meilleur moyen de les limiter.

2.

Des sociétés qui surperforment leur secteur d’activité en prenant des parts de marché, grâce à des produits innovants, à l’extension de leur couverture géographique ou à la transformation digitale de leur modèle économique.

3.

Un actionnariat patient et engagé, moins préoccupé que la Bourse par les objectifs de performance à court terme, mais axé sur une création de valeur globale et à plus long terme, conformément à une thèse d’investissement et à des objectifs de création de valeur détaillés.

4.

La capacité à modifier si nécessaire les plans d’action ou à muscler l’équipe de direction afin d’atteindre les objectifs.

5.

Une délimitation claire des responsabilités entre dirigeants et actionnaires, conjuguée à des objectifs précis et partagés et à un système de rémunération incitatif, intimement lié à la création de valeur recherchée.

6.

Un recours à l’endettement pour financer l’acquisition initiale et les build-ups ultérieurs.

7.

La cession à des acteurs industriels identifiés en amont et prêts à payer des primes stratégiques compte tenu des synergies opérationnelles.

Description image 2

Comment mesurer la performance ?

La performance des fonds de Private Equity s’apprécie sur le long terme :

En effet, le fonds déploie traditionnellement ses capitaux sur une période de 5 ans et la période de détention classique est également voisine de 5 ans pour chaque participation.

En faisant l’hypothèse que le fonds réalise en moyenne 2X sa mise sur chaque investissement, il retournera l’intégralité des fonds engagés par ses souscripteurs à partir de 7,5 années.

Ces derniers dégageront sur leurs investissements des plus-values à partir de la 8ème année.

Etant donné que les parts des fonds ne sont pas cotées sur un marché liquide, l’investisseur ne peut pas mesurer la rentabilité de son investissement par l’évolution d’un cours de bourse.

La performance d’un investissement se mesure généralement en termes de multiple (TVPI) du fonds et de taux de rentabilité interne (TRI).

1. LE MULTIPLE DU FONDS, AUSSI APPELE TVPI (Total Value to Paid In)

Il se calcule ainsi :

TVPI = (Distributions versées + valeur estimée du portefeuille) / Montant total investi. 

Il se décompose en : TVPI = DPI + RVPI

DPI (Distribution to Paid In) : Montant distribué aux investisseurs rapporté à leurs investissements dans le fonds

RVPI (Residual Value to Paid In) : Juste valeur du fonds rapporté aux montants investis

TVPI > 1 : la somme de la valeur du portefeuille et des distributions réalisées est supérieure au capital investi ; le fonds est donc en position de gain en capital.
TVPI < 1 : le fonds n’a pas encore créé de valeur.

Le TVPI d’un fonds se bonifie au fur et à mesure du temps parce que le capital travaille.

TVPI image

2. LE TRI (TAUX DE RENTABILITE INTERNE OU IRR EN ANGLAIS)

Le TRI net est le TRI réalisé par un souscripteur sur son investissement dans un fonds.

Il prend en compte :

– l’ensemble des flux (négatifs) relatifs à chacun des appels de fonds successifs 

– l’ensemble des flux (positifs) liés (i) aux distributions ainsi qu’à (ii) la valeur estimée résiduelle des parts détenues dans le fonds à la date du calcul (appelée valeur liquidative des parts). 

Contrairement au multiple il intègre donc l’effet temps. 

Dans la mesure où les flux sont complets et nets pour l’investisseur, ce taux est net des frais de gestion et du carried interest. 

La valeur liquidative d’un portefeuille de PE (autrement appelée Actif Net Réévalué) s’obtient :

  • en additionnant les justes valeurs de chacune des entreprises détenues au sein de ce portefeuille (telles qu’établies par la société de gestion du fonds),
  • et en déduisant la valeur des passifs du portefeuille et du carried interest théorique dû à l’équipe de gestion.

Contrairement aux marchés boursiers, les justes valeurs des sociétés détenues par des fonds ne fluctuent pas chaque jour. Les deux méthodes les plus couramment utilisées pour les déterminer sont la méthode DCF (Discounted Cash-Flow) et la méthode par les multiples

TRI image

La méthode DCF

La méthode par les multiples

La méthode DCF consiste à estimer la valeur d’une entreprise en se basant sur sa capacité à générer de l’excédent de trésorerie. Cette méthode vise à projeter la somme des cash-flow futurs que la société va générer et à les ramener à leur valeur d’aujourd’hui. Ramener la valeur d’un flux futur à la date d’aujourd’hui s’appelle l’actualisation (Discounting en anglais).
La valorisation par le DCF consiste donc à déterminer la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs que l’entreprise va générer. Par définition c’est une méthode intrinsèque car elle se base sur la capacité de l’entreprise à générer un flux financier.

La méthode par les multiples consiste à estimer la valeur d’une entreprise en la comparant à des entreprises similaires du même secteur, sociétés cotées en bourse (méthode des multiples boursiers) et/ou sociétés ayant fait l’objet de transactions récentes. Ce calcul se fait en appliquant un multiple à l’assiette pertinente pour la société en question. Ainsi, pour nombres de sociétés sous LBO l’indicateur idoine est l’EBITDA et le multiple retenu est le multiple d’EBITDA des sociétés privées ou cotées comparables. Cette approche permet de déterminer un intervalle de prix qu’un investisseur serait prêt à payer pour acquérir l’entreprise.

Le gérant du fonds appliquera son meilleur jugement d’affaire pour déterminer quelle est la méthode la plus adaptée à chaque société de son portefeuille. C’est grâce au fait que ces valorisations sont établies sur la base des plans d’affaires à long terme des entreprises que le Private Equity est beaucoup moins volatile que la bourse.

Description risques image

Les risques
du Private Equity

Illiquidité

Les fonds étant bloqués pendant 5 ans au moins, l’investisseur doit s’assurer qu’il n’a pas besoin d’y recourir à court terme.

Sur-endettement financier

La majeure partie des portefeuilles de Private Equity est constituée d’opérations avec effet de levier, qui consistent à acquérir une société au moyen d’un emprunt bancaire remboursé par les cash-flows futurs générés par ladite société. L’incapacité éventuelle de la société à honorer ses échéances de remboursement constitue un risque à prendre en compte.

Perte d’un investissement

Un gérant, même très performant, peut perdre les montants qu’il aura investis dans une des entreprises de son fonds. La diversification des investissements sur 15 à 70 sociétés au sein d’un même fonds lui permet de lisser parfaitement le risque dans la mesure où les différents investissements au sein d’un portefeuille sont totalement décorrélés et cloisonnés les uns des autres (pas de risque de contamination).

Pour aller plus loin
NewsRoom
Accédez à toute l'actualité du Private Equity grâce à la Newsroom d'Altaroc
Découvrir
News image

Le fonds Apax Partners LLP, dans lequel le millésime Altaroc Global 2021 est investi, ...

Lire la suite
S'abonner
Altaroc lance son Millésime #2

Un nouveau portefeuille de fonds de Private Equity d'exception accessible en 100% digital dès 100 000 €!

Après le succès du Millésime #1, l’équipe Altaroc est heureuse d’annoncer que son Millésime #2 est désormais ouvert à la souscription.

Spendesk devient la 26ème licorne françaiseInclus dans le Millésime #1 d'Altaroc

Après sa nouvelle levée de fonds de 100 millions d’euros, Spendesk devient la 26ème licorne française !